Vous êtes ici

Back to top

APRNEWS : Alassane Ouattara a évoqué avec satisfaction ses réalisations, sans toutefois aborder l'année 2025.

Français

Ce mardi 18 juin 2024, le Président Alassane Ouattara a délivré un discours sur l’état de la nation devant les deux chambres du Parlement réunies en congrès. Une occasion pour le dirigeant de dresser un bilan de son action à la tête du pays. S’il était très attendu sur sa position par rapport à la Présidentielle de 2025, Alassane Ouattara n’en a rien dit.

Le Sofitel Hôtel Ivoire a servi de cadre, ce mardi, à l’adresse à la nation du Président Alassane Ouattara qui a prononcé un discours devant les membres des deux chambres du Parlement. Pendant une heure, le chef de l’État ivoirien s’est étendu sur son bilan. Un bilan qu’il a qualifié de positif et satisfaisant. Les réalisations dans les domaines des infrastructures, de l’éducation, de l’agriculture, l’économie, dont le taux de croissance estimée à 7 % devrait rester ainsi jusqu’en 2027, sont autant de points sur lesquels Alassane Ouattara est revenu avec fierté. Même la CAN organisée et remportée par la Côte d'Ivoire, n’a pas été occultée. Sur la question de la dette, où il fait souvent l’objet d’attaques de l’opposition, le Président ivoirien a martelé qu’elle est maîtrisée.

Pas un mot sur la Présidentielle de 2025

Sachant pertinemment que ses compatriotes l’attendaient sur la Présidentielle de 2025, Alassane Ouattara a choisi d’esquiver le sujet. L’octogénaire a soigneusement évité de se prononcer sur sa candidature à un quatrième mandat. « Mon protocole me dit que vous êtes déçus, mais ce sera la prochaine fois », a-t-il laissé entendre en finissant son allocution, ce mardi. La prochaine fois, ce sera peut-être à l’occasion de la fête nationale, le 7 août. Il sied de rappeler que le RHDP, la formation politique d’Alassane Ouattara l’a déjà désigné comme son candidat naturel.

D’un autre point de vue, le Président ivoirien avait déjà dit en 2019, à quelques mois de la fin de son second mandat : « Je veux que tous ceux de ma génération comprennent que notre temps est passé. Mais s’ils sont candidats, je le serai », faisant allusion à Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo. Non seulement il a été candidat, mais il a été élu face à Henri Konan Bédié, qui a déposé sa candidature avant d’appeler au boycott du scrutin. Cette fois-ci, Laurent Gbagbo a déjà déclaré sa candidature. De quoi pousser Alassane Ouattara à se présenter à nouveau ?

Par Serge Ouitona